Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DGI LE BLOG

DGI LE BLOG

dgiOverBlog est un vecteur indépendant et libre de communication du web qui a pour objectif de rédiger et publier des informations diverses et variées, faits et événements : artistiques, sportifs, gastronomiques, aventures, etc. essentiellement sur La Rochelle et CDA, mais aussi La Nouvelle Aquitaine et sans limite géographique. 100 % non lucratif.

Publié le par Delacroix-Grasset Informations
La démolition avant la construction d'un village* de 500 habitants

C'est le 20 août 2013 qu'ont commencé les travaux de démolition des anciens bâtiments des Etablissements VM-Thébault (matériaux de construction), situés au 58bis, avenue Edmond-Grasset à La Rochelle (17) quartier de La Genette.

Sur ce vaste terrain va se construire 182 logements sur 3 niveaux avec un sous-sol sur deux niveaux de parkings pour 178 places de voitures et 30 places en parkings aériens.

Le permis de construire a été signé le 26 octobre 2011 (Vinci) et modifié le 15 janvier 2013 (Pichet).

Abandonné par Vinci fin 2012, le projet a été repris par le Promoteur Pichet dès le mois de janvier 2013 et a été nommé "Le Domaine Eugène-Delacroix". Eugène-Delacroix est le nom de la petite rue qui contourne le projet à droite de l'entrée principale, les riverains de cette rue commencent tout juste à réaliser l'ampleur, les conséquences et les nuisances que vont occasionner les travaux d'une part, mais aussi et surtout l'augmentation du flux circulatoire dans une rue "déjà" bien souvent saturée par une circulation dense avec un nombre de places de parkings insuffisantes. Comment imaginer l'augmentation prochaine de la circulation dans cette rue à double sens.

Comme la rue Eugène-Delacroix, l'avenue Edmond-Grasset va nécessiter des aménagements divers et des modifications de signalisation.

Le promoteur, la ville et la CDA vont devoir rapidement réaliser un gros travail pour réguler le flux des véhicules qui pénétreront ou sortiront du nouveau Domaine (village) qui peut provoquer une circulation qu'on peut déjà estimer entre 300 et 500 véhicules/jour.

La responsabilité des principaux acteurs de ce projet doit se réaliser par anticipation plutôt que de traiter plus tard des problèmes et des litiges qui deviendraient insolubles.

*Domaine

Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.
Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.

Le premier acte se déroule dans la poussière et le bruit des BRH dans un quartier habituellement tranquille.

Les volontés précaires se traduisent par des discours, les volontés fortes par des actes.

Gustave Le Bon. Hier et demain.

Commenter cet article

Eric Blaise 12/11/2015 23:31

Cela montre le pire qui puisse arriver à un projet de construction en ville. On avait un projet similaire à ceci près de chez moi, le constructeur était à 75% de finition quand les crises financières sont arrivées. L'immeuble restait tel comme il était pendant 7 ans avant la reprise de construction par une autre entreprise. Il faut savoir que, l'immeuble avait été prèsque démolis au moins deux fois.

M. Gasteau 23/09/2013 20:27

Le promoteur et l'architecte n'ont pas d'état d'ame pour décider de construire ces barres de béton dans un quartier qui est en train de se défigurer et laisser circuler autant de véhicules avec un peu plus de pollution, pas très écolo tout ça, et la mairie elle qui accepte tout dans ce secteur de la Genette. Bah, Brrrr

Yvon BONATOR 20/09/2013 19:27

En deux mots, ça va être le "BIG BAZAR", le grand désordre quoi ?

Jane Bariller 18/09/2013 01:33

Il va y avoir des bouchons ou bien ils vont interdire les voitures ?

Pascal CHEREL 18/09/2013 01:28

Bon courage aux riverains qui habitent ce quartier, he bein... je les plains !

Mme N.Danel 17/09/2013 18:10

Monsieur Crépeau n' aurait jamais permis un tel massacre ! ses idées écologiques sont bien oubliées .
Ensuite ce sera quoi ? vendre le parc Charuyer à des promoteurs encore ???
La Rochelle avait une réputation touristique exceptionnelle , mais on est entrain de tuer la poule aux oeufs d' or !

Claudine Camuzeaux 17/09/2013 08:24

A qui profite le crime. Aux vendeurs et à la Mairie. Rien n'arrête les profits, toujours les profits!!!!!
Quant au promoteur je ne pense pas que ce soit le plus scrupuleux.

vignaud jacques 16/09/2013 20:21

C est honteux et triste de disloquer un quartier qui a son histoire en se souvenant que les riverains etaient composes de mareyeurs en la personne de (la sardine) et d'institeurs..........

Perrin Laura 16/09/2013 18:43

Dommage,les arbres n'étaient-ils pas protégés?

Perrin Laura 16/09/2013 16:54

pourvu qu'ils ne touche pas au arbres!

Frédérique DUPONT 15/09/2013 21:30

Comment ce permis de construire a-t-il pu être accepter ?

GIRARD Marie-Cécile 15/09/2013 20:37

Ce projet de construction est une aberration. Les promoteurs n'ont vraiment pas de scrupule, c'est une honte. Encore une histoire de gros sous.