Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DGI LE BLOG

DGI LE BLOG

dgiOverBlog est un vecteur indépendant et libre de communication du web qui a pour objectif de rédiger et publier des informations diverses et variées, faits et événements : artistiques, sportifs, gastronomiques, aventures, etc. essentiellement sur La Rochelle et CDA, mais aussi La Nouvelle Aquitaine et sans limite géographique. 100 % non lucratif.

Publié le par Diffusion Gestion Information


La mémoire indélébile d'un quartier by

dgiOverBlog

 

S U P E R D E N S I F I C A T I O N

 

Invasion

à La Genette !

 

Plus rien ne sera comme avant !

Deux diplodocus* immobiliers terminent leurs programmes au Nord-Ouest du quartier de La Genette à La Rochelle. Comment a-t-on pu laisser faire cela. Il ne fallait pas être devin - au moment où ont été acceptés les deux permis de construire - et imaginer ce qu'il adviendrait des petites rues du quartier : Victor Hugo, Eugène Delacroix, Agrippa d'Aubigné, Tunis, Jules Ferry et combien d'autres qui commencent à constater que les places de stationnement se font de plus en plus rares depuis le début de l'année 2016. Qu'en sera-t-il lorsque Les programmes du Domaine Eugène Delacroix et de La Cour des Arts seront occupés par leurs résidents (à partir de l'été 2016 pour Le Domaine Eugène Delacroix et début d'année 2017 pour La Cour des Arts).

Dans le vocabulaire de la municipalité il y a le mot "apaisement", c'est peut-être un vœu pour les élus, les citoyens eux sont plutôt agacés par cette situation. C'est peu de temps avant sa sortie que la municipalité précédente a signé les deux permis de construire sans se soucier du nombre de véhicules qui étoufferaient les rues intermédiaires enclavées entre les deux programmes immobiliers de La Genette Nord-Ouest en plus des nouveaux logements qui ont été construits depuis 2014. Le projet "Magellan" de la rue de Missy lui, serait-il définitivement éteint dans l'état où il avait été présenté ?

*L'image du Diplodocus correspond à une époque très lointaine d'animaux géants qui prenaient beaucoup de place, écrasaient tout sur leur passage et ne se rendaient pas compte qu'ils étaient décalés par rapport à l'environnement qu'ils voulaient conquérir sur la planète terre. A cette époque, il n'y avait pas d'administration municipale pour les assister, il n'y avait pas non plus d'intérêts financiers.

 

Les rues prises dans l'étau des deux programmes : Groupe Pichet et Kaufman & Broad...

Lorsque l'on découvre le plan de quartier ci-dessous, on remarque immédiatement les deux masses immobilières : A pour Le Domaine Eugène Delacroix (Pichet) et B pour La Cour des Arts (K&B), la distance entre les deux programmes est de 300 mètres en passant par la rue Victor Hugo dont les résidents découvrent déjà les méfaits consécutifs à ces constructions réalisées évidemment à leur insu.

 

Les voies concernées de la Zone "Delacroix/Cour des Arts"

RUE EUGENE DELACROIX. Honneur encore à la "rue Eugène Delacroix" qui a été la première rue impactée par le programme immobilier du Groupe Pichet "Le Domaine Eugène Delacroix" (nombreux articles sur ce blog démontrent les nuisances que cette rue a subies et va devoir accepter encore).

RUE VICTOR HUGO. La rue Victor Hugo est la principale rue prise dans l'étau des deux programmes immobiliers Pichet et K&B (A et B sur le plan ci-dessous). Les rues étant encombrées à proximité des deux programmes vont obliger les riverains à se garer ailleurs, sauf que, là encore, la rue Victor Hugo est aussi et déjà saturée.

LES RUES BOUGEREAU, AGRIPPA D'AUBIGNE, JULES FERRY, VOLTAIRE, MONTGOLFIER, MISSY, TUNIS, BRIQUETTERIE, TESSEREAU, MICHELET ET MONTMIRAIL. Ces rues sont prises elles aussi dans l'étau et vont devoir accepter les méfaits de la superdensification de La Genette.

LES AVENUES : EDMOND GRASSET, ARISTIDE BRIAND, COLIGNY et GUITON. Les trois avenues vont devoir absorber elles aussi les véhicules supplémentaires en question.

Cette superdensification occasionne donc des changements et des bouleversements dans les habitudes des citoyens du quartier de La Genette "Zone Delacroix/Cour des Arts" voire encore plusieurs autres rues. Merci encore aux principaux acteurs et responsables pour cette superdensification. A suivre.

Plan de la partie du quartier de La Genette "Zone Delacroix/Cour des Arts" dont les rues vont subir progressivement une asphyxie par les véhicules des deux nouveaux programmes immobiliers. (Plan DGI.06.2016)

Plan de la partie du quartier de La Genette "Zone Delacroix/Cour des Arts" dont les rues vont subir progressivement une asphyxie par les véhicules des deux nouveaux programmes immobiliers. (Plan DGI.06.2016)

Les chiffres estimés :

2 programmes immobiliers,

350 logements, 800 habitants et

550 véhicules supplémentaires

Les élus de l'époque avaient-ils pris conscience de ces chiffres ou bien seulement ceux des retombées du foncier à La Rochelle ?

 

Le Domaine Eugène Delacroix : livraison en juillet 2016

182 logements, environ 500 habitants et

300 véhicules pour moins de 200 parkings prévus

 

La Cour des Arts : livraison à avant le printemps 2017

155 logements, environ 400 habitants et

250 véhicules pour moins de 180 parkings prévus

 

(Informations à confirmer)

 

 

La rue Eugène Delacroix

fortement saturée

depuis janvier 2016

 

La rue Eugène-Delacroix (encore elle) prend "déjà" de plein fouet le surplus des véhicules des résidents du Domaine Eugène Delacroix qui ne savent pas où se garer, principalement le soir et surtout les jours fériés (voir la photo ci-dessous). En effet, avec un seul parking par logement avec l'absence de parkings visiteurs au sein du domaine, il est difficile pour les résidents du Domaine Eugène Delacroix de stationner sans emprunter les places rarement disponibles rue Eugène Delacroix et le trottoir d'en face est occupé par des véhicules garés à cheval sur celui-ci, les voies Edmond Grasset et Victor Hugo commencent à connaitre le même sort. Les riverains de la rue Eugène Delacroix sont agacés par cette saturation au point même que, les jours où ceux-ci reviennent du supermarché pour débarrasser leurs véhicules se trouvent obligés de se garer en double file en bloquant la rue.

 

Constat : De nombreux foyers possèdent deux véhicules

N'en déplaise à ceux qui s'obstinent à dire qu'il faut prendre les transports en commun, utiliser les  bicyclettes, marcher à pied ou utiliser les véhicules électriques, nombreux sont les foyers qui possèdent deux (voire trois) véhicules par obligation, là vous en conviendrez, avec un seul parking par logement on est bien loin du compte, il va falloir arrêter de faire du forcing en insérant des ensembles immobiliers démesurés dans des quartiers déjà saturés de véhicules en stationnement. Oui, il y a là, une question de bon sens.

182 logements, c'est aussi plus de 250 véhicules qui vont devoir se débrouiller à trouver des places de parkings on ne sait où ? Malheureusement, les parkings sont insuffisants au sein du Domaine Eugène Delacroix et ce sujet va faire débat dès que la globalité des résidents aura pris possession de leurs logements. A ce jour, les résidents de la rue Eugène-Delacroix constatent dores et déjà que leur rue est désormais bien assaillie par les nouveaux résidents du DED qui n'utilisent pas systématiquement le parking qui leur est attribué.

 

Une question de bon sens, mais aussi de civisme.

Comme cela a déjà été dit, on ne peut pas - bien-sûr - interdire aux résidents du Domaine Eugène Delacroix de se garer occasionnellement dans la rue Eugène-Delacroix, par contre, il serait de bon ton que ces derniers utilisent les parkings des sous-sols et les parkings aériens qui leurs sont destinés. Certains locataires (S1 et S2) estiment que le prix d'un parking est trop cher (40 €/mois), d'autres n'aiment pas se garer dans les sous-sols, ils devront faire néanmoins un effort et s'habituer à garer leurs voitures avec celles des autres résidents du Domaine Eugène Delacroix. Les efforts de chacun permettront d'éviter des situations complexes ou peut-être même des conflits.

La rue Eugène Delacroix n'avait "jamais" connu une telle invasion de véhicules, cette photo le démontre.

La rue Eugène Delacroix n'avait "jamais" connu une telle invasion de véhicules, cette photo le démontre.

Est-il trop tard pour trouver des solutions ?

Les conséquences liées au surcroit important de véhicules de la zone Delacroix/Cour des Arts devrait prochainement inviter les riverains du secteur à ouvrir le débat avec les élus de la ville pour essayer de trouver des solutions, mais aussi d'établir une règle qui permettrait dans un très proche avenir d'arrêter de densifier "bêtement" des quartiers étouffés par un urbanisme mal pensé. Le débat va bientôt pouvoir commencer !

 

Prenez la parole...

N'hésitez pas à vous exprimer dans les commentaires ci-dessous ou

adressez un e-mail au blog : dgi.blog-infos@sfr.fr

Merci à ceux qui participent à la vie de ce blog ou

qui communiquent des messages de soutien.

 


La mémoire indélébile d'un quartier by

dgiOverBlog

“On résiste à l’invasion des armées,
on ne résiste pas à l’invasion des idées.”

Victor Hugo

Voir les commentaires

Publié le par Diffusion Gestion Information


La mémoire indélébile d'un quartier by

dgiOverBlog

 

Aire arborée "situé est" du Domaine Eugène Delacroix

 

Les trois cèdres n'auront

vécu que 20 jours !

 

Situé dans le virage de la voie d'accès par la rue Eugène-Delacroix, (entre les murs séparatifs des jardins des 17bis et 17ter et le bâtiment A3), un brise-vue d'arbres a été réalisé afin d'éviter les vis-à-vis lorsqu'ils arriveront à une certaine maturité.

Seulement voilà, les trois Cèdres plantés le 31 mars 2016 puis remplacés le 13 avril 2016 pour une raison de hauteur insuffisante (1,70 m plutôt que 4 mètres convenus à la plantation) ont présentés des signes de faiblesse dès la fin avril et se présentent désormais morts aux yeux de tous (Photo ci-dessous).

 

Ayant perdu leur aspect verdoyant, les trois Cèdres de 4 mètres "morts" devront être remplacés.

Ayant perdu leur aspect verdoyant, les trois Cèdres de 4 mètres "morts" devront être remplacés.

 

Les raisons sont probablement les suivantes :

 

Un manque d'eau. Les arrosages sont importants à respecter les deux premières années.

• Dès leurs plantations*, le plus grand soin consiste à effectuer des arrosages en apportant aux arbres la quantité d'eau qui leurs est nécessaire pour bien s'implanter.

Les arrosages sont importants à respecter les deux premières années.  Ce sont eux qui permettent à l'arbre de développer son système racinaire, ce qu'il fait avant d'entamer réellement sa croissance.

Juste au moment de la plantation il faut procéder à un arrosage copieux, soit environ 20 litres pour un arbre.

En règle générale, l'année de la plantation, en fonction de la météo, on arrose tous les trois jours et la deuxième année une fois par semaine.

* Les arbres n'auraient pas été arrosés après leur plantation.

 

aussi,

La période de plantation. "A la Sainte-Catherine, tout bois prend racine"...

• N'aurait-il pas été préférable de planter ces arbres en automne, ils auraient bien eu le temps de s'enraciner et comme dit le dicton "A la Sainte-Catherine, tout bois prend racine". Malgré les diverses requêtes des riverains, les arbres ont été plantés au printemps. (voir les publications sur ce sujet dans ce blog).

 

Conséquences, les trois cèdres perdront environ une année de croissance

Au delà des raisons de ce problème, une nouvelle plantation ne peut désormais être réalisable qu'en novembre 2016, en souhaitant - bien entendu - que les bonnes règles d'usage soient observées, les trois cèdres auront finalement perdu environ une année de croissance au grand regret des riverains - décidément peu chanceux - qui ont été impactés par de nombreuses autres nuisances depuis bientôt trois ans.

Souhaitons aussi que les Charmes qui complètent cet espace vert ne subiront pas le même sort que ces pauvres Cèdres. A suivre...

 


La mémoire indélébile d'un quartier by

dgiOverBlog

“La responsabilité est la conséquence intime de la liberté.
Aussi le monde est ce que nous le faisons.”

Léo-Paul Desrosiers / Vous qui passez

Voir les commentaires